IGB

Connexion

(Article of book - 2001)

Document title

Terres d'altitude, terres de risque (la lutte contre l'érosion dans les Andes équatoriennes)

Authors(s) and Affiliation(s)

De Noni Georges ; Viennot Marc ; Asseline Jean ; Trujillo German ;

Abstract

L'Équateur est un pays montagneux et volcanique, représentatif de la cordillère des Andes dans son segment situé entre les tropiques. La montagne, appelée <<<> Sierra <>>>, présente une situation singulière : à la suite d'un processus de réforme agraire aux résultats contestables, un grand nombre de petits paysans ont été déplacés vers les versants et les hautes terres, qui portent un damier formé de nombreuses petites parcelles de cultures faiblement productives, le minifundio. Cet agrosystème d'altitude favorise l'accélération de l'érosion des sols, dans un milieu montagnard où ce type de risque est naturellement élevé. Le petit paysannat du minifundio est confronté à une érosion très active qui affecte ses potentialités alimentaires. L'absence de mesures antiérosives efficaces et adaptées au contexte socio-économique du paysannat concerné pénalise fortement la durabilité de l'agrosystème Pour lutter contre l'érosion de ces terres, un programme de recherche en coopération accordant une large place à la participation du paysannat et associant recherche cognitive et application a été mis en oeuvre par le ministère équatorien de l'Agriculture et l'IRD suivant trois phases complémentaires. La phase initiale, qualitative et spatiale, pose les principaux éléments de diagnostic de la situation érosive de la Sierra équatorienne. Elle fait apparaître l'action prédominante du ruissellement concentré, notamment dans les parties nord et centre de la Sierra, où les sols ou andosols sont dérivés de matériaux volcaniques. L'affleurement en surface de la <<<> cangahua <>>>, une formation composée d'horizons indurés, est révélateur de l'extension de l'érosion. La phase suivante s'est attachée à l'étude des principaux facteurs de l'érosion et de leurs interrelations, par des mesures effectuées dans sept stations expérimentales implantées au sein de grands bassins représentatifs des agrosystèmes et des minifundios de la Sierra. Les résultats montrent la grande érodibilité des andosols lorsqu'ils sont travaillés (de 50 à plus de 100 t ha[-1] par an). Retarder la naissance du ruissellement par le travail du sol, dissiper son énergie en intervenant sur l'inclinaison des versants, sensibiliser le paysan à la lutte antiérosive et l'inciter à agir durablement sont les principales recommandations qui ressortent de l'analyse à ce stade du programme. La troisième et dernière phase a permis de tester, d'abord sur de grandes parcelles de ruissellement de 1 000 m[2] puis chez le paysan, des ouvrages antiérosifs inspirés des pratiques locales et destinés à dissiper l'énergie du ruissellement. Ainsi s'est développée une véritable stratégie participative du paysannat qui a permis de mettre en oeuvre des améliorations telles que la réalisation de bandes enherbées, de murets de mottes ou de pierres, de fossés d'infiltration. Le broyage de la cangahua et son enrichissement par incorporation de matières organiques ont aussi été testés.

Source

Book

Published at : Latitudes 23 / ISSN 1278-348X

Editor : Editions de l'IRD, Paris - FRANCE (2001)

Millesime : 2001  [220 pages]

Bibliographic references : 8 p.

Collation : Illustration ;

Language

Français

Localisation

Laboratoire INTERGEO - Paris

INIST-CNRS, Cote INIST : L 28083

Tous droits réservés © Prodig - Bibliographie Géographique Internationale (BGI), 2002.
Refdoc record number (ud2m) : 64789 : Permanent link - XML version
Powered by Pxxo